Le truc pas cher du temps ouvert pour… Ratt


Retour sur les années 80 pour Astuce bon marchéce fut une décennie extrêmement mouvementée – alors qu’ils ont enduré le départ et la réintégration éventuelle d’un membre clé (le bassiste Tom Petersson), des échecs (1986 Le docteur a culminé à un numéro décevant de 115 sur le Billboard 200), et des succès (le single à succès n°1, « The Flame »).

Mais avec le recul, aujourd’hui, rares sont les groupes de rock vétérans qui ont été aussi universellement appréciés, influents et couronnés de succès que le groupe de Rockford, dans l’Illinois (diable, ils ont été intronisés au Rock and Roll Corridor of Fame en 2016). Par conséquent, il est presque inconcevable de concevoir qu’à un second donné au cours de la décennie, Low-cost Trick ouvre une série de dates d’arène pour un groupe alors encore nouveau. Rat en 1986 – qui étaient en pleine forme avec des succès tels que « Spherical and Spherical », « Lay It Down » et « Dance ».

Dans mon nouveau livre, Infestation mondiale : l’histoire de Rattalors batteur de Low-cost Trick Bun E. Carlos était prêt à revenir sur l’époque où Low-cost Trick a ouvert pour le groupe de glam metallic de Los Angeles – qui était alors en tournée pour soutenir leur album de platine, Danser sous couverture.

« Nous ne faisions pas beaucoup d’affaires – nous avions Le docteur « , se souvient Carlos. « Le bureau a probablement appelé et dit: ‘Nous vous avons fait sortir en tant qu’invités spéciaux avec Ratt.’ Voici une liste de dates… montez dans un bus et partez. Nous l’avions déjà fait auparavant – être au milieu de l’addition avec quelqu’un. Rien d’inhabituel là-dedans, c’est une manière de payer les factures. »

Comme la plupart des groupes de rock vétérans des années 70 qui ont connu une carrière difficile dans les années 80, la dernière offre de Low-cost Trick n’était certainement pas la plus forte – en particulier d’un level de vue sonore, comme le crie simplement la manufacturing brillante/électro de Tony Platt  » années 80. » Et pas dans le bon sens. « Tous les disques sonnaient bruyants à l’époque – ils étaient tous équipés d’un noise gate », se souvient Carlos. « La scène musicale n’était pas la meilleure du monde en 1986, si je me souviens bien. Pas pour moi, en tout cas. Ni pour la plupart des groupes que j’aimais – les pierres – publiaient des trucs comme Sale boulotleur pire album de tous les temps. »

« Nous ne vendions aucun disque et nous ne nous entendions pas avec le label en 1986. Nous étions toujours en quelque sorte en guerre contre eux – ils étaient occupés à nous ignorer, et nous faisions en quelque sorte la même selected. La seule façon pour nous de payer nos factures, de payer nos roadies et nos serviteurs pendant nos congés, c’était si nous sortions en live performance. Alors, nous recevions un appel de quelqu’un comme Ratt et, « Nous vous donnerons autant par nuit pour continuer ». la route avec nous. Et en étant sur la route avec ces gars-là, nous leur donnions en quelque sorte de la crédibilité en faisant la première partie pour eux. Et ils ont payé beaucoup d’argent pour que nous soyons là-bas avec eux. Et nous avons vendu beaucoup de billets pour eux aussi – parce que cela C’était notre « tournée sur la côte ouest » pour cette année-là. Nous n’étions pas vraiment bon marché pour être embauchés. Donc, c’était bon pour Ratt, c’était bon pour Poison en fin de compte, et c’était bon pour nous aussi – parce que il a payé les factures.

« Bien sûr, nous aurions préféré être en tête d’affiche de nos propres spectacles en arène, mais notre dernier single (« It is Solely Love ») n’avait pas fait beaucoup d’affaires. Nous n’étions pas fous de retourner jouer dans de grands golf equipment pour beaucoup d’argent – nous Je préfère jouer dans des arènes. Alors, quand quelqu’un comme Ratt a appelé, nous étions heureux de dire : « Ouais, d’accord. Nous sortirons avec toi. » Ils nous donnaient beaucoup de scène, beaucoup de lumières – ils ne nous traitaient pas comme de la merde ou rien, sinon nous ne serions pas là. Donc, c’était bien pour nous en même temps.

Nous avons traversé la loge de Stephen, et il y a toutes ces conneries accrochées aux murs et les lumières sont tamisées, un journal Playboy sur la desk ou quelque selected de loufoque comme ça. C’était comme une véritable « loge à muffins ».

Et une fois que Low-cost Trick a pris la route avec Ratt, Carlos n’a pas mis longtemps à se forger une opinion sur certains membres de la tête d’affiche. « Bobby (Blotzer) était bafoué tous les soirs – la moitié de l’équipage l’évitait. C’était « le centre de la fête ». Robbin (Crosby) a toujours été plutôt foutu – il était certainement le gars le plus fêtard de ce groupe. Mais ils étaient tous des gars vraiment sympas. Stephen (Pearcy) avait sa propre loge – ce que tout le monde pensait être une sorte de blague. ‘le chanteur principal.' »

« Je me souviens qu’un soir, un des gars a dit : « Laisse-moi te montrer quelque selected dans la loge », et il fallait traverser la loge de Stephen, puis l’arrière de sa loge était une autre porte vers la loge du groupe. Nous avons traversé la loge de Stephen, et il y a toutes ces conneries accrochées aux murs et les lumières sont tamisées, un journal Playboy sur la desk ou quelque selected de loufoque comme ça. C’était comme une vraie « loge à muffins pour étalons ». Il n’a probablement pas reçu le respect de tout le monde sur la tournée qu’il pensait mériter. Je me souviens que Warren (DeMartini) était un gars sympa – un gars plutôt sérieux. Et Juan (Croucier) était un gars sympa. Donc, il y a un il se passe un peu de ceci et un peu de cela… et le chanteur principal. »

« À l’époque, ils étaient en quelque sorte des ‘one hit Surprise’, mais ils en faisaient tout ce que ça valait. Et Bobby se promenait comme s’il était le meilleur putain de batteur du monde. C’était un bon batteur…mais il n’était pas le meilleur batteur du monde. La foule était le style de foule habituelle – nous étions sortis peut-être l’année précédente avec quelqu’un comme 38 Particular ou REO Speedwagon. C’était tous le même style de live shows – jouer dans les mêmes arènes, dans les mêmes loges, avec le même vieux tout ce qui se passait depuis des années et des années. La tournée s’est bien déroulée – je me souviens que nous l’avons fait dans l’ouest et dans le sud.

De plus, pour au moins quelques émissions sur le Dansant tournée, les followers ont eu droit à une affiche de trois groupes – Ratt, Low-cost Trick et Poison. « Poison était un groupe de jeunes, ils débutaient tout juste », se souvient Carlos. « Ils étaient énorme Followers de Low-cost Trick – il y avait quelques morceaux sur ce premier album (1986 Regarde ce que le chat traînait) qui étaient essentiellement des chansons de Low-cost Trick réécrites. Ils étaient amusants à regarder, parce qu’ils montaient là-haut et couraient partout, et CC (DeVille) est partout sur scène, Rikki (Rockett) saute de haut en bas derrière la batterie… et le chanteur était le chanteur.  » (Des rires)


Greg Prato est un contributeur de longue date d’AllMusic. Infestation mondiale : l’histoire de Ratt est disponible en variations livre de poche, couverture rigide et Kindle (et bientôt, en model audio).

Infestation mondiale Couverture du livre L'histoire de Ratt
Infestation mondiale : l’histoire de Ratt

Related Articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Latest Articles